Permanence du CCAS en mairie déléguée tous les jeudis de 13h30 à 17h

Son histoire

Histoire de la commune de Veneux-Les Sablons

La première mention écrite de Veneux date de 1220, sous Philippe-Auguste : « Hugo de Herespiriaco est homo domini de hoc tenet apud Venoors ». Le mot roman venoors serait le même qui donnera veneur, et Veneux serait donc à l’origine un village de chasseurs.

Le hameau des Sablons doit son nom à la présence de dunes, qui ont disparu du fait de l’exploitation du sable.

Avant la Révolution Française, les hameaux composant Veneux-Les Sablons étaient généralement rattachés à Moret-sur-Loing. La paroisse a été créée par une lettre patente de Louis XVI le , sous le nom de Veneux-Nadon.

La commune s’est appelée à sa création, en 1793, Veneux-Nardon puis en 1801, Veneux-Naclou, mais on disait encore récemment Les Sablons plutôt que Veneux-Les Sablons, comme en témoigne l’ancien nom de la gare (Moret – Les Sablons). La tendance actuelle est plutôt de l’appeler Veneux.

Selon le code officiel géographique, le nom de la commune s’écrit « Veneux-les-Sablons », mais la commune déléguée étant composée de la réunion des deux hameaux de Veneux et des Sablons, le nom est souvent typographié « Veneux – Les Sablons », en particulier dans tous les documents de la mairie, ou de ses anciens maires.

Veneux – Les Sablons prit son nom actuel le .


“La source Nadon, qui jaillit du lavoir communal, est le premier point de peuple­ment sédentaire du village.

La commune est formée des trois hameaux de Neveux, Nadon et Les Sablons. Les terres étaient partagées entre le roi, les religieux trini­taires de Fontainebleau, le prieur de Saint-Mammès et celui de Pont-Loup.

En 1789, la commune est créée sous le nom de Veneux-Nadon.

La Seine et l’étang du Lutin sont une source d’inspiration pour le peintre impressionniste Alfred Sisley, qui habite Veneux-Les Sablons une dizaine d’années, et le post-impression­niste Pierre-Eugène Montezin, qui y passe la majeure partie de sa vie.

Octave Mirbeau, le polémiste Édouard Drumont, le philosophe Ambroise Thomas et le poète Jean Richepin, y séjournent également.

Veneux-Les Sablons est aujourd’hui un village résidentiel, où résident encore quelques artistes.”

(Source : Le Patrimoine des Communes de la Seine-et-Marne – Volume 2 – Éditeur : Flohic, 2001)

Comment deux hameaux devinrent Veneux-Les Sablons en 1922

La commune de Sablons a été formée par la réunion de deux hameaux Nadon et des Sablons, tous deux alors rattachés à la paroisse de Moret-sur-Loing.

Ces deux hameaux, dont il faut souligner le caractère agricole et viticole (environ 35% des habitants de Veneux étaient viticulteurs en 1891), faisaient partie de la couronne de villages qui ceinturait la forêt de Fontainebleau pour en cultiver les franges.

L’âge de ces hameaux est relativement ancien puisque certaines bâtisses situées rue de Seine (à Nadon) datent du XIIè Siècle.

Veneux-Les Sablons, une commune résidentielle périurbaine à cinquante minutes de Paris

Porte d’accès à la Forêt de Fontainebleau, Veneux-Les Sablons est une petite commune périurbaine du Sud Seine-et-Marne d’environ 406 hectares. Son histoire est intimement liée à celle de l’ancienne ville royale et impériale de Fontainebleau, notamment de par leur proximité.

Elle jouit d’un cadre de vie agréable de par sa position géographique : à l’orée de la forêt de Fontainebleau et au confluent de la Seine et du Loing, Veneux-Les Sablons vaut le coup d’oeil, c’est certain.

Veneux-Les Sablons offre une architecture typique du Gâtinais, avec des bâtisses faites de blocs de grès venus de la forêt.

De la largeur d’une brouette, 11 km de venelles sillonnent Veneux-Les Sablons. Elles permettaient aux propriétaires d’accéder à leurs potagers enclavés. 

La ville a eu des visiteurs célèbres comme les peintres Alfred Sisley et Camille Varlet. Dans la salle d’honneur de la mairie, on peut d’ailleurs admirer des œuvres de Dropsy, Montezin et Varlet. 

Veneux-Les Sablons accueille aussi un temple bouddhiste où réside et officie Dagpo Rimpoché, l’un des plus importants maîtres spirituels de l’église bouddhiste mondiale.

Pour en savoir plus :


« Veneux-Les Sablons  – Histoire de mon village »
JM.REGNAULT,
Lys éditions Amatteis, 2003
Réédition de l’ouvrage de 1991

En vente à l’accueil de la mairie :
28 €

 

  • Retrouvez-nous sur :

  • Protection des données

    Pour en savoir plus sur la protection de vos données personnelles, vous pouvez cliquer sur CE LIEN